lettre84 - page 34

34
|
Une autre utilisation de la lumière se trouve dans le « Light
painting » et ses déclinaisons contemporaines. Une pratique qui
remonte également aux origines si on se remémore les projections
daguerriennes et le premier « light painting » réalisé par Étienne-
Jules Marey en 1882 : « Je pris un bâton terminé par une boule
blanche et je l'agitai en marchant devant l'écran noir de manière à
tracer successivement toutes les lettres de mon nom » 
11
.
On retrouve cette technique dans laquelle la source lumineuse
est tournée vers le dispositif de prise de vue chez Man Ray, A
Man with Moving Light et Space-Writing (1937), ou lorsque Pablo
Picasso dessine devant l'objectif de John Mili en 1949 ou le peintre
Georges Mathieu en 1950.
Pendant une trentaine d'années, Étienne Bertrand Weill, en la
mettent au centre de ses créations, a porté cette pratique à son
apogée. Ses « Métaformes » serviront même de décors projetés.
D'autres photographes comme Otto Steinert s'en empareront
pour réaliser des créations isolées mais significatives.
Mais la lumière peut aussi être dirigée vers des objets pour n'en
éclairer qu'une partie ou en souligner un contour comme chez
Jacques Pugin et surtout Michel Séméniako, sculptant la nuit avec
ses lampes de poches monochromes ou colorées.
Après l'arrivée du numérique, une nouvelle génération d'artistes
s'est emparée de ces procédés alternatifs mais en confondant trop
souvent l'appropriation d'une technique, dite alternative, avec un
véritable acte de création.
(1) Photographie, un mot dépourvu d'antonyme dont les
historiens attribuent la paternité à Sir John Frederick William Herschel
qui l'employa dès 1836 tout comme les termes « négatif » et « positif ».
Voir
Histoire(s) de la photographie
, Colloque des Académies des sciences
et des beaux-arts, 15 décembre 2015.
(2)
Robert Doisneau badaud de Paris, pêcheur d'images
,
Télé Europe Production (1981).
(3) Thèse de doctorat en histoire de l'art. Université Paris 1 Panthéon-
Sorbonne. Juin 2016.
(4) Présentés pour la première fois par Michael Faraday le 25 janvier 1835
à la Royal Institution de Londres dans une contribution intitulée
Some account of the Art of Photogenic Drawing.
(5)
Photographs British Algae : Cyanotype Impression
, trois albums composés
qui seront les premiers ouvrages en édition limitée de l'histoire de la
photographie réalisés par la première femme photographe.
(6) Laszlo Moholy-Nagy,
Fotografie ist Lichtgestaltung
, Bauhaus, vol. II, n° 1,
janvier 1928, p. 2-9 [traduction française par C. Wermester,
Photographie,
mise en forme de la lumiere
, in Laszlo Moholy-Nagy.
Compositions
lumineuses
, 1922-1943, Paris, Centre Georges Pompidou, 1995].
(7)
Malerei, Fotografie, Film
, Bauhausbuch n°8, München 1925.
(8)
From Coburns Vortographs to concrete tendencies
,
The future of Pictorial Photography
by Alvin Langdon Coburn in
Photograms of the Year 1916
, London 1916.
(9) Interview de Gottfried Jäger dans le numéro
de
Particules
daté Juin-septembre 2007.
(10)
Distorsions,
Éditions du Chêne 1976.
(11) Archives du Collège de France, cité dans le
Photopoche
n°13 (1987).
N
ewton démontre en 1666 lors d’une expérience que l'en-
semble des couleurs du spectre optique sont contenues dans
un seul rayon de lumière blanche.
L'analyse et la compréhension physique de la lumière sont alors
sérieusement engagées.
Voltaire note, en 1738, dans Éléments de philosophie de Newton :
« Le compas de Newton mesurant l’univers,
Lève enfin ce grand voile & les cieux sont ouverts.
Il déploye à mes yeux par une main savante,
De l’astre des saisons la robe étincelante.
L’émeraude, l’azur, le pourpre, le rubis,
sont l’immortel tissu dont brillent ses habits.
Chacun de ses rayons dans sa substance pure,
porte en soi les couleurs dont se peint la Nature,
Et confondus ensemble, ils éclairent nos yeux,
ils animent le Monde, ils emplissent les cieux. »
La lumière si présente dans notre existence nous invite à observer,
à comprendre.
On constate de jour comme de nuit l'importance de la nature,
la qualité, la couleur, la puissance, la pertinence de l'éclairage au
quotidien.
D'une lumière à l'autre, sans trop de difficulté, nos yeux s'adaptent
aux diverses intensités.
Nous avons inventé les outils techniques et esthétiques créant,
lors des périodes nocturnes, des sources de lumières artificielles
de substitution.Ces lumières, qu'elles soient naturelles ou artifi-
cielles, offrent une infinité de moments d'observations.
Les artistes, dessinateurs, peintres, sculpteurs, photographes,
cinéastes et l’ensemble des créateurs permettent de marquer ces
instants dans la mémoire collective. Ils observent les formes,
les couleurs, les ombres et lumières, tracent, gravent, peignent,
sculptent, photographient, filment, exercice subtil et personnel
capable de transmettre durablement une vision unique de ces
instants privilégiés.
LUMIÈRES
Par
Marc Jeanclos
, supports et mise en espace
1...,24,25,26,27,28,29,30,31,32,33 35,36,37,38,39,40
Powered by FlippingBook