lettre83 - page 25

|
25
doss i er
comme les J.O., les coupes du monde de football ou en général
les grands évènements, sportifs ou non.
Un tournant capital qui va changer la manière de travailler, où
la vitesse va l'emporter sur la qualité et assurer la primauté des
agences filaires sur les autres.
Une réalité qui sera renforcée une décennie plus tard avec la
généralisation de la photographie numérique et celle d'internet.
Elle sonnera également la fin d'agences, comme celle créée par
Gérard Vandystadt au début des années 1980 avec comme credo
la production de « belles images » de sport, et qui marque-
ront pendant plus de deux décennies une sorte d'âge d'or de
la photographie de sport qui sera portée par les magazines du
monde entier. Loin des contraintes des soutiers de la rapidité, les
photographes de l'agence à l'exemple de leur modèle donnaient
la priorité à la recherche du beau geste significatif de l'athlète et
de son sport qui, trente ans après, garde toute sa valeur au-delà
de l'anecdote.
Elle marquera aussi la fin des cahiers spéciaux présents dans les
grands magazines du monde entier à l'exemple des spécialistes
comme George Silk ou Paul Seen pour Life Magazine.
Comme dans l'entre-deux guerres, la photographie de sport aura
non seulement une influence sur la photographie de mode mais
elle imposera son style aux créateurs de mode, tout comme elle
influencera de nombreux artistes.
À l'inverse, des photographes comme William Klein, qui a imposé
un style à la photographie de mode, s'aventureront à photogra-
phier le sport (football
7
, boxe
8
, tennis
9
... ). De même, plus que
le sport proprement dit, d'autres photographes se concentreront
sur les événements que constituent ces grandes manifestations
sportives. Robert Capa ou Sebastiăo Salgado suivront le Tour de
France, Henri Cartier-Bresson fera un grand reportage sur les 6
Jours de Paris, Robert Doisneau au Central du Sporting Club ou
Marc Riboud lors des grandes rencontres de football de ce que
l'on appelle depuis 1992 « Premier league », sans oublier Yann
Arthus-Bertrand qui, pendant plus d’une décennie, assurera
la couverture des Internationaux de France à Roland Garros...
Tandis que d'autres photographes comme René Jacques mettront
en scène les gestes des sportifs pour illustrer Les Olympiques
d'Henri de Montherlant, et Gjon Mili ou Harold Edgerton perfec-
tionneront les décompositions de mouvements des sportifs mais
cette fois plus dans un but esthétique que scientifique.
À la fin du xx
e
siècle une exposition et un livre proposant un
bilan sur la photographie de sport se terminaient sur la « photo-
finish » d'une arrivée de finale du 100 m, prise par les scanners des
systèmes de chronométrage officiel « Omega timing ». Comme
si la photographie tirait sa révérence devant l'omniprésence de
la télévision.
Bien que parqués dans des espaces réservés, les photographes
sportifs continueront et continuent à couvrir les grands rendez-
vous. Ils sont concurrencés par les progrès techniques incessants
comme ces drones qui survolent les aires de compétition ou ces
appareils dissimulés au fond des piscines olympiques pour enre-
gistrer automatiquement les mouvements des nageurs sous l'eau.
Ces nouveaux angles de prise de vue ouvrent la voie à des mondes
nouveaux, inaccessibles au commun des mortels, tout comme la
prise de vue ultra-rapide qui vient figer le mouvement en sculp-
ture et transforme la moindre goutte d'eau en matière.
Mais les progrès de la technologie ne s'appliquent pas uniquement
à la photographie, ils vont également faire évoluer le sport.
Le xxi
e
siècle a vu et verra l'arrivée de nouvelles disciplines
dans lesquelles l'énergie électrique relèguera les traditionnels
carburants.
Et, de plus en plus prisé par un nouveau public, l'e-sport se
professionnalise. Le projet de loi pour une république numérique,
voté le 3 mai dernier, prévoit un contrat de travail spécifique pour
les joueurs professionnels de jeux vidéo et le journal Le Monde
daté 30-31 octobre 2016 indique, images à l'appui, que « Filmer et
commenter l'e-sport, (est devenu ndrl) un vrai métier ».
On le disait en introduction, l'image du sport est avant tout
un reflet de l'impact des progrès technologiques aussi bien
sur les images fixes et animées que sur les évolutions du sport
lui-même.
1) Brooklyn Museum /
2)
Les pionniers du sport
, Philippe Tétart, Coédition Bibliothèque
nationale de France / Éditions de la Martinière
3)
Visions du sport, photographies 1860-1960
, Jean-Claude Gautrand,
préface de Pierre Borhan. Éditions Admira 1989.
4) Georges Vigarello,
Du jeu ancien au show sportif. La naissance d'un mythe
.
Éditions du Seuil Histoire 2002.
5)
Chic le sport
, Jacques-Henri Lartigue. Éditions Actes Sud,
coédition Hermès 2013.
6)
Le trafic des nouvelles
, Olivier Boyd-Barnett et Michael Palmer.
Éditions Alain Moreau 1981.
7)
Torino 90
, William Klein. Federico Motta Editore 1990.
8)
Mohammad Ali the Greatest
DVD 2012.
9)
The French, Rolland Garros
DVD 1981-82.
Ensemble des photos couleurs : courtesy Gérard Vandystadt
En haut : les tchéques Radka Kovarikova et Rene Novotny pendant la
compétition de Rouen du Candel Euro tour, en 2001. © Gérard Vandystadt.
À droite, en haut : le gardien de but argentin Nery Pumpido lors de la
Coupe du monde de Football 1990, à Milan. © Gérard Vandystadt
En dessous : Marc Riboud (1923-2016), Match de football à Wembley,
à Londres, en 1954.
1...,15,16,17,18,19,20,21,22,23,24 26,27,28,29,30,31,32,33,34,35,...40
Powered by FlippingBook