lettre82 - page 38

38
|
actua l i tés
Exposition
Bibliothèque Paul-Marmottan
CARROSSES
De la citrouille de Cendrillon aux manèges des grand-places
urbaines, le monde du carrosse fait rêver par sa diversité,
sa créativité et sa magie. C’est une longue histoire, sociale,
artistique, événementielle, politique, anecdotique, que
celle des véhicules hippomobiles à la française, dont
l’apogée au xviiie siècle est brutalement brisée par la
Révolution. Dans le premier quart du xixe siècle, dans une
stabilité politique retrouvée grâce à Napoléon, l’industrie
de luxe du carrosse peut renaître.
C’est cette formidable
aventure que vient raconter la
Bibliothèque Paul-Marmottan,
dans une exposition de plus
de 160 œuvres provenant des
grands musées et collections
français (Compiègne, la
Malmaison, Versailles,
la Fondation Napoléon,
Hermès... ), dont certaines n’ont
encore jamais été montrées
au public. Confrontant de
nombreux métiers (carrossier,
charron, dessinateur, peintre,
doreur, décorateur... ), le
carrosse est à la fois un objet technique, demandant des progrès
constants, et un objet de luxe, variant de saison en saison selon
la mode en vogue. À partir de la très belle collection de gravures
publiées par Pierre de la Mésangère entre 1802 et 1815, s’est
construite une présentation animée par de nombreux objets,
illustrations, peintures, et carrosses bien sûr.
Plus qu’un prodige technique, le carrosse est un lieu
d’affirmation du rang social, de l’aisance financière, et de
l’appartenance familiale. C’est en quelque sorte un trône
roulant, où l’empereur, le souverain ou le pape expriment leur
majesté. C’est ce que développe l’exposition dans une dernière
section détaillant les grandes voitures de l’Empire, depuis les
déplacements de Napoléon en Europe, en délégation ou au
combat, jusqu’aux carrosses du sacre et du mariage, en passant
par la voiture enfantine, et enfin le char funèbre.
Pendant quatre mois, l’exposition Carrosses à Marmottan
ainsi que le programme d’animations proposé invitent à un
voyage inédit sur les routes d’Europe et de France, à la suite de
l’Empereur.
Jusqu'au samedi 30 juillet 2016
Bibliothèque Paul-Marmottan
7, place Denfert-Rochereau, Boulogne-Billancourt
Exposition
La Casa de Velasquez
à Nantes
D
ans l'étonnant édifice médiéval du Manoir de la Touche
en plein centre de Nantes, le Conseil Départemental de La
Loire Atlantique a exposé du 17 mars au 30 avril une sélection des
artistes pensionnaires de la Casa de Velázquez pendant l'année
2014-2015. Avec clarté et intelligence, Virginie Bourget a réalisé
une présentation répondant à la diversité des expressions et en
adéquation avec les espaces très originaux du manoir. Il était
ainsi possible de contempler avec bonheur les travaux parmi les
plus représentatifs élaborés durant leur séjour par Tania Blanco,
Hélène Damville, Baptiste Fompeyrine, Didier Hamey, Guillaume
Lemarchal, Albert Merino, Sarah Navasse-Miller, Renaud Perrin,
Pierre Primetens, Quentin Ravelli et le collectif Señor Cifrian,
auxquels s'est ajoutée une installation de Romain Rambaud,
boursier de la Loire Atlantique à Madrid.
Jean Anguera
En haut : devant les dessins de Sarah Navasse Miller. Photo Paul Pascal
Parution
Jean Lurçat, correspondances
et écrits de guerre, préface Annette Becker.
Cet ouvrage réunit plus de 200 lettres
écrites par l’artiste, engagé volontaire
durant la Première Guerre mondiale.
Au-delà de leur intérêt historique, ces textes viennent éclairer
un moment crucial de la vie de leur auteur, donnant ainsi le
pressentiment de son œuvre à venir. Éd. Hermann
1...,28,29,30,31,32,33,34,35,36,37 39,40
Powered by FlippingBook