lettre82 - page 29

|
29
doss i er
dans toutes ses dimensions un monde en mutation rapide, avec
souvent pénétration et toujours courage et générosité.
C’est pourquoi son œuvre est riche de différentes facettes et si le
créateur de tapisserie est peut-être le mieux connu, il est aussi
peintre, céramiste, poète et met sa plume au service des causes
qu’il soutient. Cette ouverture d’esprit est sûrement le gage de l’uti-
lité de la fondation pour les temps qui viennent. C’est une époque
qui vit, avec Lurçat, un laboratoire de modernité et d’humanisme.
La fondation s’attachera à mieux faire connaître et diffuser l’œuvre
de l’artiste, à accueillir les chercheurs en liaison avec les autres
lieux qu’il a marqués de son empreinte. Dans les possibilités
que permet son exiguïté, la maison sera ouverte au public et
la fondation renouera des contacts internationaux, Lurçat en
connaissait la valeur dans un monde où l’homme est voué à établir
la concorde sous peine de disparaître.
Dans cette mission de diffusion, la fondation s’appuie sur le droit
moral et patrimonial que Simone Lurçat a légué à l’Académie
des Beaux-Arts sur l’ensemble de l’œuvre de Jean Lurçat et il
lui revient d’ouvrir différents chantiers : en premier lieu, et
c’est en cours, les travaux de réhabilitation de la maison qui
permettent de retrouver un état sanitaire (étanchéité de la toiture
et de la terrasse) et d’envisager de rétablir quelques dispositions
intérieures des années de construction. Il conviendra aussi d’amé-
nager des réserves pour conserver les œuvres et les collections.
Ces travaux, dont une première tranche est lancée, nécessitent
un appel à la générosité de donateurs et une souscription est en
cours sous l’égide de la Fondation du Patrimoine. Dans un autre
domaine, une importante opération de classement des archives de
l’artiste se poursuit et ouvrira pour les années à venir de nouvelles
pistes de travail aux chercheurs. Le magnifique univers tissé que
Lurçat nous a laissé attend encore son catalogue raisonné et la
fondation l’entreprend.
Riche de projets et d’avenir, la fondation a suscité, en cette année
de commémoration nationale, une exposition, organisée en
partenariat avec le Mobilier national à la galerie des Gobelins,
jusqu’au 18 septembre, magnifiquement mise en scène par notre
confrère Jean-Michel Wilmotte. Sous l'égide de la fondation,
viennent de paraître la correspondance et les écrits de guerre de
l’artiste (voir page 38), qui viennent éclairer un moment crucial
de son existence.
En haut : Jean Lurçat dans son atelier, Villa Seurat, en 1928, devant
Le Charmeur de serpents
,
et, derrière lui,
Smyrne
. Photo DR
À gauche :
Le Charmeur de serpent
, 1928, huile sur toile, 186 x 94 cm.
Ci-dessus :
Tropiques
, tapisserie, 1956, atelier Picaud, Aubusson, 320 x 675 cm.
© Fondation Jean et Simone Lurçat - Académie des Beaux-Arts
1...,19,20,21,22,23,24,25,26,27,28 30,31,32,33,34,35,36,37,38,39,...40
Powered by FlippingBook