lettre82 - page 23

|
23
doss i er
À
l’occasion de la soirée singulière Versant animal - Versions de l’homme
1
, qui s’est tenue au Musée de la Chasse et de
la Nature, le 19 novembre dernier, les étudiants du Dsaa Mode et environnement
2
et du Bts Design de mode (option
textile, matériaux, surface) de l’Esaa Duperré
3
ont eu l’occasion d’investir un espace pour y faire vivre leurs productions
et les introduire à la construction de compétences interprétatives. Finement articulés aux dimensions du sensible, les
objets de recherche qui y sont conduits s’actualisent au regard de la mobilité et de la porosité des territoires de création.
Faire face au monumental du lieu, s’y inscrire sans renoncer à sa singularité et tisser le fil d’un autre récit, à partir d’un
ensemble de productions, mobiles et immobiles, en activant des artefacts ou par le jeu de la scénographie, c’est encore
convaincre par la production d’une narration. De Chasses aveugles en Festin nu, d’Augures et haruspices en Seconde
nature, de Masques et harnachements en Bêtes de somme, jusqu’à l’échappée d’une Chaise à la Licorne, s’est découvert un
parcours d’objets manifestes, parures, accessoires ou images, librement inspirés par un texte de Pascal Quignard, pour
inviter à penser le versant animal du devenir-homme
4
: « Il n’y eut pas d’origine de l’homme. [...] Une lente métamorphose
simultanée de plusieurs espèces au cours du temps [...] dont l’une d’entre elles, cherchant ses proies à l’instar de toutes les
autres, a découvert une orientation effarante dans l’imitation de la prédation des grands carnivores qu’elle épiait parce
qu’elle les redoutait. [...]
La chasse devint un mode de vie exclusif : l’animal est le modèle, l’image, le concurrent, l’aliment, le dieu, l’habillement,
le calendrier, l’objet du cri, le sujet des rêves, le foyer des fils, le déplacement comme destin, le monde comme trajet. »
L’émergence de moments où les pratiques se développent en proximité avec l’art, les sciences, la littérature, la philosophie,
les sciences humaines, est favorisée. Ils permettent en effet d’explorer et de renouveler la complexité des échanges entre
techniques anciennes et récentes, savoir-faire artisanal et industriel, systèmes analogiques ou numériques, par leur mise
en tension et leur hybridation.
Outre la pensée créative de la technologie et la prospective des matériaux qui ne cessent d’élargir les domaines tradi-
tionnels du textile, le champ des pratiques artistiques, porteur de valeurs émancipatrices et novatrices, fait l’objet de
toute l’attention des industries qui ont saisi l’intérêt d’y être vigilantes pour asseoir leur image de marque et développer
leur légitimité culturelle. Cette dimension joue un rôle primordial dans les formations de l’école Duperré préparant
aux métiers de la mode, dont le design textile serait l’amont. Le design de mode est alors à saisir dans sa conception
élargie, au-delà de sa stricte fonction instrumentale, comme construction des corps et des représentations propices à la
manifestation de nouvelles subjectivités.
1) Conception pédagogique et direction artistique de Catherine Paoletti et Anne-Marie Septfonds.
2) « Le diplôme supérieur en arts appliqués, conférant le grade de master, s’appuie sur une conception élargie de la notion de projet en interrogeant
autant l’objet, le produit, que les processus, les pratiques et les démarches expérimentales de création. »
3) Fondée en 1856, l’école Duperré, école publique d’enseignement supérieur de la Ville de Paris, forme des étudiants aux métiers de la création, en
particulier en design de mode et textile, en espace, en graphisme, en scénographie, en costume, et en design culinaire. Elle accueille également des
formations aux métiers d’art textile (broderie, tissage et tapisserie) et céramique.
4)
Rhétorique spéculative
, Paris, Folio Gallimard, 2002
2
(1995), p. 35-39.
Au centre : Lucie Robin,
Centaure moderne
, masques cuir latex et élastiques de caoutchouc.
Création pour l'évènement « Versant animal - Versions de l’homme », Musée de la Chasse et de la Nature, 2015. Photo DR
PRATIQUES PLASTIQUES ET
MÉDIATION DANS LA FORMATION
EN DESIGN DE MODE
Par
Catherine Paoletti
, philosophe, chercheur associé (UMS 3610 Caphés) à l'École normale
supérieure de Paris ; enseignante de pratiques plastiques et médiation à l’Esaa Duperré,
et
Anne-Marie Septfonds
, normalienne, professeur agrégée d’arts appliqués,
en charge du cours de Pratiques plastiques et médiation à l’Esaa Duperré
1...,13,14,15,16,17,18,19,20,21,22 24,25,26,27,28,29,30,31,32,33,...40
Powered by FlippingBook