lettre82 - page 16

16
|
L
'art du textile ? Si vous voulez en connaître l'origine, les
procédés et ses règles les plus subtils, son histoire liée à un
patrimoine exceptionnel, allez donc au Musée de l'Impression
sur Étoffes de Mulhouse : ses collections constituent un ensemble
unique au monde.
Tout commence en 1746 avec la passion créatrice de quatre
jeunes Mulhousiens qui fondent une première manufacture
d'impression textile au centre de leur cité. Une production bientôt
prospère qui s'implante et se développe, entraînant à sa suite la
croissance de la ville devenue française en 1798. Tout au long du
xviiie siècle, les ateliers se multiplient, périclitent et renaissent
aussitôt grâce à des échanges de capitaux et de savoir-faire qui
s'organisent fructueusement. Au siècle suivant où, en 1826, est
créée la Societé Industrielle de Mulhouse, et l'ère industrielle se
développant à travers le pays, la ville et l'Alsace du sud se placent
à la tête du marché mondial du tissu imprimé, à l'époque où, en
1833, les entrepreneurs du textile ont la bonne idée de conserver
soigneusement leurs créations. Mieux, ils s'efforcent de compléter
leurs archives en collectionnant les productions d'autres pays et
d'autres temps, une réunion d’éléments déjà composée de textiles
du monde entier, néanmoins centrée sur l'art de l'impression
alsacienne. La croissance de la ville est désormais indissociable
d'une croissance industrielle où le textile tient la première place.
En regroupant les productions passées afin d'inspirer les dessina-
teurs textiles et de parfaire leur apprentissage, cette émulation du
dessin appliqué amènera, en 1857, la création du Musée du Dessin
Industriel. Ainsi, le Musée de l'Impression sur Étoffes, son héritier,
est aujourd'hui le seul musée dans le monde qui rassemble
quelque six millions d'échantillons de type et de provenance
variés, auxquels s'ajoutent plus de mille dessins de grande taille,
maquettes gouachées, empreintes imprimées sur coton, laine ou
soie. En plus des collections de tissus imprimés et du matériel
ayant servi à leur fabrication, il offre une bibliothèque spécialisée
et une banque de données-images qui en facilite l'accès. Outre
la production haut-rhinoise, ce fonds comprend, aujourd'hui,
des échantillons de différentes manufactures françaises comme
celle de Nantes, Paris et Jouy-en-Josas, Rouen, Lyon et Marseille,
ainsi que des productions de manufactures étrangères (anglaises,
russes, autrichiennes, allemandes, etc...). Le musée qui s'installe,
Rue des Bonnes Gens, dans un beau bâtiment entre 1880 et 1883
En haut : vue d'une des salles d'exposition.
À droite : un des nombreux catalogues d'échantillons conservés au musée.
1...,6,7,8,9,10,11,12,13,14,15 17,18,19,20,21,22,23,24,25,26,...40
Powered by FlippingBook