lettre82 - page 13

|
13
Le 6 août 1891 le Musée historique des Tissus est officiellement
fondé.
La politique d’acquisition est intense et ne faiblira pas au cours
des décennies. Elle se concentre sur les textiles et les matériaux
de fabrique. Les fouilles menées à Antinoé par Albert Gayet
en 1898-99 permettent l’entrée d’une importante collection
de textiles de la fin de l’Antiquité, enrichie jusqu’en 1908 avec
notamment la Tenture aux poissons d’époque romaine. Sur
le territoire national, des conservateurs dont Raymond Cox
collectent des pièces majeures de soieries orientales provenant
des églises françaises. En 1904 le musée acquiert le suaire de
saint Austremoine provenant de Mozac, chef d’œuvre du tissage
byzantin réalisé à Constantinople durant la crise iconoclaste, le
suaire de saint Lazare, broderie islamique provenant du tombeau
du saint dans la cathédrale d’Autun.
Des donateurs sont stimulés par le prestige du musée et acceptent
de céder des pièces uniques comme le pourpoint de Charles de
Blois donné par Julien Chappée en 1924.
A la fin des années vingt, un premier inventaire est dressé par
Henri d’Hennezel, successeur de Raymond Cox, qui dénombre
552 000 pièces.
Après leur évacuation pendant la guerre, les collections sont stoc-
kées et présentées dans l’hôtel de Villeroy, 34 rue de la Charité à
Lyon. Le nouveau Musée des Tissus est inauguré en 1950, mitoyen
du Musée des Arts décoratifs installé dans l’hôtel Lacroix en 1925.
Le musée reçoit des dépôts du Conseil des Prud’hommes de Lyon
qui confie ses registres au musée en 1974 et en 1986 de l’École
municipale de tissage avec près de sept cents étoffes ou mises en
carte. Parmi les prestigieux donateurs, Charles Arsène-Henry
pour l’art asiatique, Sonia Delaunay avec ses travaux pour l’Atelier
simultané, Raoul Dufy.
Aujourd’hui le Musée des Tissus possède l’une des plus riches
collections textiles du monde, retraçant plus de 4000 ans d’his-
toire de l’étoffe avec plus de 2,5 millions de textiles remontant
au xxve siècle av. J.C. L’histoire de la soierie à Lyon y occupe une
place insigne avec les productions des dessinateurs-ornemanistes
Jean Pillement, Philippe de la Salle Dugourc.
La mission conservatrice du Musée des Tissus se complète de
celle d’un pôle de recherche dans le domaine du textile avec
son centre de documentation-bibliothèque (30 000 ouvrages) et
d’un enseignement dispensé par le CIETA (Centre international
d’Étude des Textiles Anciens).
TISSUS DE LYON,
US RICHES COLLECTIONS
MONDE
spondant de l’Académie des Beaux-Arts
À gauche : vue de l’exposition « Le
Génie de la Fabrique » , hommage à
la ville de Lyon.
Photo MTMAD - Pierre Verrier
Ci-dessous, à gauche : détail d'un
meuble en brocart fond cramoisi et
or commandé pour le service du roi
Louis XV et employé dans la Grande
Chambre à coucher du roi, Barnier;
Roussel, Lyon, 1730-1733.
Photo MTMAD - DR, Lyon,
Musée des Tissus, inv. MT 49488.
Ci-dessous, à droite : Maison Ronze
et Vachon, Brocatelle peinture, article
nouveau, imprimé en camaïeu avant
la fabrication, Lyon, 1867, présentée
à l'Exposition universelle de Paris en
1867 (détail).
Photo MTMAD -Sylvain Pretto,
Lyon, Musée des Tissus,
inv. MT 20726. Don Ronze, 1868.
1...,3,4,5,6,7,8,9,10,11,12 14,15,16,17,18,19,20,21,22,23,...40
Powered by FlippingBook