La lettre de l'Académie des beaux-arts - page 30

30
|
Un nouveau regard patrimonial
Le regard sur le patrimoine, dépassant l’intérêt pour l’antiquité, les
architectures médiévales et classiques, désormais se porte sur les
patrimoines les plus récents et l’architecture du xx
e
siècle. Le clas-
sement emblématique en 1957 du
Théâtre des Champs-Élysées,
construit par Auguste Perret en 1913, introduit le bouleverse-
ment culturel porté par André Malraux. Il fera établir en 1965 la
première liste de protection des édifices du xx
e
siècle qui intègre
l’icône de l’architecture moderne, la villa Savoye construite par
Le Corbusier en 1929. L’ouverture aux « nouveaux patrimoines »
dans les années 1980 aboutit à l’invention du label xx
e
en 1999,
reconnaissant le caractère propre de cette architecture.
Patrimoine du XX
e
siècle et béton armé
Le patrimoine du xx
e
siècle confronte le monde de la restauration,
architectes, historiens, restaurateurs à une architecture nouvelle
et à ses nouveaux matériaux. « L’architecture du xx
e
siècle est
différente de celle des siècles précédents, […] surtout par la
nouveauté des matériaux employés, […] le ciment et le béton »
1
.
Au-delà du recours à de nouveaux matériaux pour l’ossature et
l’ensemble des revêtements, l’architecture du xx
e
siècle s’accom-
pagne d’une production documentaire, archives des architectes et
des entreprises, publications de revues architecturales et photo-
graphies de chantier qui enrichit la connaissance des techniques
de mise en œuvre.
Une histoire de la mise en œuvre du béton
Les recherches scientifiques les plus récentes révèlent une
histoire de la mise en œuvre du béton armé, invention fran-
çaise qui accompagne, depuis le milieu du xix
e
siècle, l’œuvre
architecturale.
De l’art des rocailleurs participant aux chantiers des grands parcs
parisiens sous Napoléon III en sculptant le ciment armé, au
brevet de conduite, citernes, et caisses à arbres de ciment armé
de Monier, au brevet du béton aggloméré d’Edmont Coignet qui
transpose la technique du pisé dans le siècle de l’industrie, cette
réflexion technique aboutit aux brevets fondateurs de la construc-
tion contemporaine de François Hennebique à la fin du xix
e
siècle
par l’invention de l’ossature de béton armé : poteau, poutre, dalle.
Claude Parent a rendu hommage à François Hennebique, diffu-
seur d’un nouvel art de bâtir : « Voilà un constructeur qui dès son
entrée en scène se trouve placé devant la nécessité de démontrer
que le béton armé est un matériau authentique et sûr, qu’il est
destiné à un grand avenir, qu’il peut résoudre des problèmes
réputés jusque-là insolubles et qu’il possède la vertu cardinale
d’aider l’architecture à évoluer car il détient en propre une charge
expressive neuve »
2
.
Les architectes du xx
e
siècle s’approprient un matériau d’abord
masqué sous un revêtement d’enduit, de céramique (immeuble de
la rue Franklin des frères Perret, 1904) ou de pierre de taille (l’im-
meuble blanc boulevard du Montparnasse de Michel Roux-Spitz,
LES TECHNIQUES
RÉCENTES DE
RESTAURATION
DES BÉTONS
Par
Pierre-Antoine Gatier
, architecte en chef des Monuments Historiques
1...,20,21,22,23,24,25,26,27,28,29 31,32,33,34,35,36,37,38,39,...40
Powered by FlippingBook