La lettre de l'Académie des beaux-arts - page 30

30
|
doss i er
L’AUDITORIUM
DU PALAIS DE
L’INSTITUT
DE FRANCE
Par
Marc Barani
, architecte
et critique forte. La fondation doit aussi être une aide pour
poser les questions fondamentales, un projet puissant pour
donner un point de vue sur la création en train de se faire... »
À partir de ce corpus, la réflexion commune a été de savoir
comment montrer et créer du contemporain dans de l'ancien classé,
dans une construction xix
 e
à laquelle on ne peut pas toucher.
D'un côté on avait un décideur jeune, ambitieux et ouvert qui a
choisi l'agence d'architecture OMA dirigée par Rem Koolhaas
pour sa capacité à penser l'architecture en fonction du projet émis
par la fondation d'entreprise et de ses réalisations antérieures,
notamment de sa longue expertise dans le domaine des machines.
« Créer c'est transformer » dira Rem Koolhaas, c'est aussi avoir
« une relecture impertinente de la modernité » dans un espace
de liberté réduit à la seule utilisation de la cour du bâtiment.
Qu'importe, « la réduction de l'échelle augmente d'autant
l'ambition. »
Dans l'ancienne cour, l'agence conçoit une tour de verre pour
l'art avec ses dix-huit mètres de hauteur mais qui ne dépassera
pas le haut des toitures. Un dispositif qui réunit les deux ailes,
équipé d'un plancher amovible avec un moteur embarqué.
Une solution déjà proposée pour la maison de Bordeaux dans
laquelle une plateforme hydraulique se déplace entre les étages.
Ou au Wyly Theater de Dallas, dans lequel des tribunes mobiles
permettent de mettre en place les multiples configurations de
l'espace scénique. Ici la mise en place de ces quatre planchers,
en correspondance avec ceux du bâti et réunissant les deux ailes,
offrira quarante-neuf combinaisons qui permettront de moduler,
en incluant les espaces existants, environ 1000 m
2
d'espaces
dédiés aux expositions dans les 2500 m
2
de surface dont dispose la
fondation. Ces modules qui peuvent se déplacer verticalement sur
la structure métallique peuvent aussi se scinder en deux parties
inégales en créant quatre plateformes mobiles qui pourront ainsi
être adaptées à tous les moyens d'expression et à tous les supports,
arts plastiques, sculptures, petits et grands formats, installations,
performances... Ils représenteront les espaces visibles par les
visiteurs. Les autres espaces, les centres névralgiques, invisibles,
seront réservés aux créateurs et à la production avec 450 m
2
à
l'étage 1 et d'autres surfaces polyvalentes ou spécialisées aux
étages 2 et 3, dont un atelier dédié au travail du bois et du métal.
Après avoir élaboré neuf projets et être passé devant une trentaine
de commissions, le dixième projet soumis par la Fondation
d'entreprise Galeries Lafayette a obtenu le permis de construire,
délivré en juin 2014, sans aucun recours.
Le futur auditorium de 350 places, avec ses annexes (foyer, salles de réunions,
bureaux et espaces logistiques), offrira un espace d'accueil répondant aux
exigences de rencontres de dimension internationale. Marc Barani, architecte.
© Artefactory
1...,20,21,22,23,24,25,26,27,28,29 31,32,33,34,35,36,37,38,39,...40
Powered by FlippingBook