La lettre de l'Académie des beaux-arts - page 23

|
23
R
arement en France, un château - celui de Pierrefonds, dans
l'Oise - n'a suscité autant de critiques que d'éloges. L'image
du célèbre architecte Viollet-le-Duc, auteur du Dictionnaire
raisonné de l'architecture française du xi
 e
au xvi
 e
siècles, qui
restaura tant de monuments français et reconstruisit entièrement
cette ancienne forteresse féodale, en fut même, fort injustement,
ternie.
« Pierrefonds ? Le Moyen Âge revu par Viollet-le-Duc... » ai-je
même entendu d'une voix moqueuse, un dimanche, alors que j'ad-
mirais l'imposant château couronnant ce
charmant village aux abords de plusieurs
voies anciennes, dont une « chaussée
Brunehaut », qui reliait Senlis à Soissons.
Ce touriste, se prenant pour un guide, trop
entouré à mon gré et planté au centre de
la cité en train de commenter l'histoire des
tours reconstituées, me fit songer au Haut-
Kœnigsbourg, en Alsace, si apprécié, et qui
fut bien une ruine lui aussi, rétabli de fond
en comble par un autre grand architecte
sous le règne du Kaiser Guillaume II, à partir de 1900, sans faire
crier au sacrilège...
Édifié au xv
 e
siècle mais non achevé, le château de Louis d'Or-
léans, frère cadet du roi Charles VI et qui en possédait presque
une centaine sur de nombreux territoires jusqu'à la baronnie
de Coucy, dans l'Aisne, fut l'un des édifices les plus grands et
les plus imprenables de l'époque. Entrepris en 1396, le chantier
s'arrêta à la mort de Louis, assassiné, en 1407, sur l'ordre de son
cousin et néanmoins ennemi, le duc de Bourgogne Jean sans Peur.
L'ancienne demeure d'Agathe de Pierrefonds, au xii
 e
siècle, qui
céda la propriété au roi Philippe-Auguste II, et où, par la suite,
séjournèrent Philippe le Bel et son fils cadet Charles IV avant de
passer aux Valois, subira d'abord un incendie criminel provoqué
par un connétable partisan du même Jean sans Peur ; puis,
après avoir été soigneusement redressé par Charles d'Orléans,
le poète, fils de Louis et père du futur Louis XII, un désastreux
démantèlement sous le règne de Louis XIII. En effet, en l'an
1616, un bombardement d'artillerie va réduire ce symbole de
l'ancienne féodalité en une ruine monumentale afin d'affirmer
la suprématie du pouvoir royal face à la grande aristocratie : une
doss i er
politique de démolition systématique des fortifications et des
châteaux de France (La Réole, Pézenas, Talmont, Coucy, la Fère-
en-Tardenois... ) menée par Richelieu et Mazarin.
Or, l'intérêt historique de la forteresse ravagée est tel qu'elle
sera amplement visitée, jusqu'au roi Louis XVI qui s'y rendra
en 1788 avant qu'elle ne devienne un « bien national » ... et que
Napoléon 1
er
, également séduit par la majesté de ses restes, ne
l'achète en 1811.
Les artistes, en pleine période du Romantisme, et les érudits
locaux, touchés par la grandeur du site,
veulent le faire revivre, réussissant à le
rendre quasiment féérique aux yeux du roi
Louis-Philippe puisque ses ruines servi-
ront de décor au banquet donné le 11 août
1832 à l'occasion du mariage de sa fille
Louise d'Orléans avec Léopold de Saxe-
Cobourg Gotha, premier roi des Belges.
Classé Monument historique en 1848,
l'ancien château recevra, à deux reprises,
la visite de l'empereur Napoléon III qui
souhaite en faire une demeure de plaisance et demande à Eugène
Viollet-le-Duc (1814-1879), alors déjà architecte et théoricien
réputé, de lui présenter un projet de remise en état d'un lieu - il le
répétera souvent, plus tard - « plaisamment surnaturel... »
Bien avant l'arrivée au pouvoir de Napoléon III, en 1845, les
Voyages pittoresques de l'ancienne France consacrés à la Picardie -
ouvrage publié sous la direction du baron Taylor et auquel
collabore Charles Nodier - montrent déjà les vues du château
lithographiées d'après les dessins de Viollet-le-Duc, révélant
l'intérêt de celui-ci pour le château de Pierrefonds. Dans son
Dictionnaire raisonné de l'architecture française du xi
 e
au xvi
 e
siècles (1854), il étudie les chemins de ronde en maçonnerie
DES RUINES
IMPÉRIALES...
Par
Robert Werner
, correspondant de l'Académie des Beaux-Arts
À gauche et au centre : le château de Pierrefonds, démantelé au
xvii
e
siècle
et recréé au
xix
 e
siècle par l'architecte Viollet-le-Duc en une remarquable
interprétation du Moyen Âge et de la Renaissance.
Photos DR
1...,13,14,15,16,17,18,19,20,21,22 24,25,26,27,28,29,30,31,32,33,...40
Powered by FlippingBook